Le syndrome du Gourou, ça se soigne docteur ?

le syndrome du gourouC’est toujours le temps des bonnes résolutions et l’occasion à travers ce billet de saluer tous les twittos que j’ai le bonheur de suivre et inversement de mettre en perspective une maladie orpheline qui s’immisce dans le paysage social : je la nomme le syndrome du Gourou. Bien heureusement, cette affection reste marginale et il est facile de s’en débarrasser, une simple réflexion permet d’en guérir rapidement.

Le syndrome du Gourou se déclare principalement sur Twitter

Sur Twitter, chaque jour vous gagnez un certain nombre des followers et vous en perdez également : certains se désabonnent de votre compte parce que vous ne les avez pas suivi en retour, d’autres parce que sans doute le contenu que vous relayez ne répond pas ou plus à leurs intérêts éditoriaux ou c’est parfois le cas parce qu’aucune affinité ne s’est créée. C’est dans l’ordre des choses, rien de grave en soi, chacun réagit plus ou moins de la même manière ; d’une part, on ne peut pas plaire à tout le monde, et d’autre part, le temps nous manque tout simplement pour découvrir tous les profils qui pourraient nous inspirer.

gourou1

Et puis si vous faites un peu attention, en utilisant des applications comme « Unfollow », vous remarquerez dans le lot quelques twittos qui vous quittent du jour au lendemain, que vous les suiviez depuis peu ou que vous ayez engagé une relation qui vous semblait durable, ils vous disent bye bye. En quelques jours, ils réduisent massivement leurs abonnements pour passer de plusieurs milliers à quelques centaines de followers et bien moins encore, devenant par défaut des leaders que vous êtes censé suivre béatement. C’est le syndrome du Gourou, vous passez à la trappe (sic) mais consolez-vous vite, ce n’est pas lié à la qualité de vos tweets mais uniquement à une stratégie de « self branding » qui consiste à se positionner en prophète reconnu par ses pairs.

follow-gourou

C’est d’abord une rupture de contrat, informelle certes et sans conséquence, mais cette approche dénote un manque de compréhension de Twitter, qui reste est un formidable outil de socialisation, un révélateur de talents qui tire sa quintessence des échanges et des rencontres qu’il suscite. Une attitude que certains jugeront également « has-been » dès lors que la relation est volontairement à sens unique et ne correspond en rien à la raison d’être des réseaux sociaux ; Enfin, c’est une attitude difficile à comprendre, car comment se passer de cette incroyable source d’informations (gratuite) qui nous tend la main et qui enrichit le quotidien des professionnels que nous sommes, chacun dans son domaine.

L’authenticité valorise les partages

photos

L’ère du temps est au partage et de ce point du vue la bonne nouvelle est que ce phénomène du Gourou est extrêmement limité. Je pourrais vous parler de centaines d’exemples de personnalités influentes et reconnues, comme Frédéric Charles, Bertrand Duperrin, Marie-Laure Vie, Damien Douani, Odile Roujol, Sandrine Andro, Minter Dial, Fabienne Billat, Catherine Ertzscheid, Sonia Damla, Hervé Kabla, Isabelle Cambreleng, Arnaud Gien-Pawlicki et tant d’autres, tant d’autres.., qui ne sont pas dans cette posture et font preuve d’une authenticité réconfortante, laquelle doit être le moteur de toute relation. Voici la preuve, si il fallait vous convaincre, qu’il est possible de développer une démarche pertinente, pour promouvoir son entreprise et ses valeurs, tout en restant soi-même.
Restez en éveil et vous serez comblé, comme moi quand j’ai eu le plaisir de découvrir un sympathique groupe d’extrémistes de la relation humaine qui foisonnent d’initiatives, Eric Messeca, Denis Gentille, Delphine Sauret, etc, et dont le discours récurrent place le rôle de l’humain au coeur des réseaux sociaux, et ils ont bien raison.
Les réseaux sociaux, c’est aussi un remarquable contenu visuel qui s’offre à vous et nombreux sont les amateurs passionnés qui publient leurs photos ou leurs coups de coeur, donnant ainsi du relief à votre fil d’actualité Facebook ou à vos albums Instagram : Jérôme Deiss, Isabelle Spanu, Carole Delva, Chistian Baillet pour ne citer qu’eux.

Il n’y pas de règle formelle, c’est à vous de la définir en fonction de vos objectifs et de vos affinités

conclusion

Il n’est donc pas besoin de se prévaloir d’un statut de star pour apprécier le potentiel des réseaux sociaux et en tirer des enseignements positifs et une grande satisfaction. Et si vous croisez un Gourou en devenir, je vous invite à reprendre les grandes lignes de ce post, et lui rappeler que sa maladie n’est pas incurable et qu’il suffit d’un brin d’humilité et d’ouverture d’esprit pour y remédier.

Pour illustrer ma conclusion, je souhaitais revenir sur un article du blog NKL4 qui n’a pas pris une ride depuis sa publication en août 2011 : intitulé « Ces petits comptes qui font Twitter », l’auteur nous démontre que peu importe le volume de followers, c’est d’abord la qualité des échanges et/ou des informations qui doivent guider vos choix : Il n’y pas de règle formelle, c’est à vous de la définir en fonction de vos objectifs et de vos affinités. Je suis le premier à suivre des influenceurs, journalistes, chefs d’entreprises, sans qu’ils soient abonnés à mon compte, mais je « follow » également des comptes naissants, si le descriptif et les premiers tweets me séduisent, ma curiosité ne se limitant pas à un relatif niveau de notoriété ou d’indice Klout. Restez libre, on peut suivre quelqu’un sans réciprocité et vice versa, c’est même conseillé, chacun trouvera ses motivations. Comme dans la vie tout simplement.

 

Comments

  1. Tu touches une question que je me suis souvent posée sur qui suivre. Ma démarche est assez simple. Je balaye tout ceux qui me suive et si leur description est dans mon domaine je vais suivre quelque soit le nombre de followers pour qu’ils puissent m’envoyer un DM. De même pour tout compte qui me cite. Mon outil de purge en masse c’est tous ceux qui n’ont pas tweeté depuis 3-6 mois sauf si c’est normal (Xavier Niel par exemple 😉 ). Bien sur il y a aussi des coups de foudre qui m’ont fait sourire ou intrigué et les #FF car il faut bien laisser une place au hasard…

  2. Merci pour la citation Henri. J’aime beaucoup ton expression à notre propos : « un groupe d’extrémistes de la relation humaine ! » Mon blog reprend d’ailleurs une chanson du groupe… Extreme 🙂 More than Words (point fr) Tu as raison la qualité du contenu et des échanges est bien plus important que la quantité des followers. La quantité sera ensuite une conséquence de la qualité. La qualité a en soi une autorité naturelle alors que la quantité a pour principe la loi du plus fort. Et au centre de tout cela, pour ne pas te démentir, il y a bien sûr l’être humain.

  3. Hello Henri!!
    Merci tout d’abord de la mention 😉
    Je me souviens d’une conversation que nous avions il y a quelques semaines à propos des gourous et des chapelles. Te voir avancer, réfléchir et écrire est un vrai plaisir! Continue!
    A très vite!
    Bisettes

  4. Hello Henri, merci pour cette réflexion ! La vie sur les médias sociaux m’amène souvent à repenser ma ligne éditoriale, que tweeter, comment intéresser ? Je suis également spontanément des comptes de toutes tailles dès qu’ils rentrent dans mes sujets d’intérêt et que j’y apprends de nouvelles choses. Ce qui m’intéresse dans Twitter c’est le mouvement permanent, partager de nouveaux sujets, contribuer à en faire émerger. Et laisser la place au doute, pour ne pas cesser de se laisser surprendre. A bientôt

  5. Merci pour vos commentaires. Ce sujet nous concerne tous bien évidemment parce que cette réflexion est légitime. Chacun a sa stratégie qui lui est propre mais en réalité l’authenticité est une base pour donner du sens à tous nos échanges et je me réjouis que vous partagiez dans les grandes lignes ces propos : je le savais mais vous me le confirmez et je vous en remercie -:)

Trackbacks

  1. […] 2013, nouvelle année, le temps des bonnes résolutions et l’occasion à travers ce billet de saluer tous les twittos que j’ai eu le bonheur de suivre en 2012 et inversement de mettre en perspective u…  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :